Nadine Monfils

 

 

Nadine est belge, écrivain, réalisatrice et productrice. Elle vit entre Montmartre et la Belgique.

Journaliste (chronique polars) dans Focus (suppl. du Vif /L’express) Belgique.

A donné des ateliers d’écriture/polars dans les prisons (Valence, Rouen…)

Et des cours de scénarios + écriture théâtrale au Parallax (école de comédiens à Bruxelles) ainsi qu’à l’Université européenne d’écriture en Belgique.

A dirigé une galerie d’Art à Bruxelles pendant 7 ans.

Son site 

 

 

Nake découvre de terrifiants secrets de famille, sans parler des visions affreuses de cadavres de petites filles qui la submergent à chaque fois qu’elle craque une allumette. Et lorsque des photos des même petites filles sont publiées le lendemain dans le journal de Pandore, l’histoire se corse, surtout lorsque Mémé Cornemuse, fan de JC Van Damme, s’en mêle… Un thriller déjanté, teinté d’humour noir et de poésie.

 

 

timthumb

 

 

 

Quatrième de couverture

A Pandore, il se passe de drôles de choses... Chaque fois que Nake, une jeune fille un peu barrée, craque une allumette, elle a des visions affreuses de petites filles assassinées déguisées en Blanche Neige ou en Chaperon rouge. Mais là où ça se corse, c'est quand elle découvre le lendemain dans les journaux que ces crimes ont bien eu lieu... L'inspecteur
Cooper, qui a de curieuses manies, et son collègue Michou, flic le jour travelo la nuit, vont mener l'enquête. Tout irait bien
si l'infernale mémé Cornemuse ne venait pas flanquer la pagaille. Fan d'Annie Cordy et amoureuse de Jean-Claude Van
Damme, avec qui elle "cause" depuis ses vacances avec un serial killer, l'horrible punaise sans scrupules revient, pire que jamais. Ça va barder !

 

Ma chronique 


C'est certain Nadine Monfils ne fume pas que la moquette,

il doit y avoir autre chose avec pour lui donner se talent de la déjante.

Une histoire qui balance entre conte de fées et polar, en passant par Frédéric Dard.

Des bons mots, du vocabulaire à faire rougir l'inspecteur Colombo.

Et puis surtout il y a mémé Cornemuse sans elle point de récit mais que je l'aime cette mémé!

Il en faut pour tout es goût et si vous êtes prout prout ma chère, passez votre chemin ...

Ici c'est pour les tordus de la vie, les branquignols bref les pas comme il faut.

Je ne regrette pas mes éclats de rires dont le son m'a surprise moi qui ne ris que rarement aux éclats.

Vous l'aurez compris je deviens une fan inconditionnelle des personnages de Nadine  Monfils.

Il fallait le trouver cet inspecteur qui a besoin de ses canards de bain pour se rassurer

et de son collègue qui tapine le soir pour arrondir les fin de mois,

c'est vrai que la paye d'un flic quelle misère. 

Je ne voudrais pas passer au dessus de la poésie, elle est bien présente avec des références à Magritte.

Alors le langage de chartier ça fait partie du charme.

On aime, on n'aime pas à voir de vous faire une idée ,

moi en tout cas je file vers le prochain roman où je vais retrouver ma chère mémé.

A bientôt pour une nouvelle chronique sur "Mémé goes to Hollywood"