Leïla Slimani

 

681107-_jb88515

 

 

Biographie de l'auteur

Leïla Slimani est née en 1981. Elle est l'auteur d'un premier roman très remarqué, Dans le jardin de l'ogre ("Folio" numéro 6062), paru en 2014 dans la collection blanche.

41eU+rusaHL

 

Présentation de l'éditeur

Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d'un cabinet d'avocats, le couple se met à la recherche d'une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l'affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu'au drame. A travers la description précise du jeune couple et celle du personnage fascinant et mystérieux de la nounou, c'est notre époque qui se révèle, avec sa conception de l'amour et de l'éducation, des rapports de domination et d'argent, des préjugés de classe ou de culture. Le style sec et tranchant de Leïla Slimani, où percent des éclats de poésie ténébreuse, instaure dès les premières pages un suspense envoûtant.
Ma chronique

Voilà un livre qui m’a interpellée, moi en tant que maman ayant fait garder mes enfants lorsque j’ai du reprendre le travail et surtout moi en tant qu’assistante maternelle qui accueille des petits de moins de trois ans tous les jours depuis plus de dix ans maintenant. C’est une histoire qui m’a fait réfléchir à la condition de la nounou de 2016, à celle des parents qui  travaillent et ont des enfants à placer. Leïla Slimani nous conte la vie de Louise, une super nounou recrutée par un couple avec deux jeunes enfants. Très rapidement Louise prend une place qui dépasse celle de la simple nounou à l’intérieur de la famille, elle prend en charge tout le côté intendance dans la maison, le ménage, les courses, les repas, le repassage, le rangement tout devient clean à l'excès et en plus les enfants ne tardent pas à lui vouer une affection sans faille. Nous allons être alors les témoins impuissants de l’évolution délétère de la relation employeur/employée. C’est effarant jusqu’où cela va nous entraîner dans la dépendance vicieuse de l’une et des autres, nous allons arriver jusqu’au point de non retour. D’ailleurs dès le chapitre Un on sait déjà les conséquences de ce disfonctionnement, un peu comme dans les thrillers où on commence par la scène de crime dès les premières minutes. L’auteure nous emporte dans le quotidien des personnages par petites touches, insensiblement et pourtant, elle nous dévoile leur faiblesse, leur vulnérabilité et se glisse auprès de chacun jusqu’au sommet où tout explose. De nombreuses familles se reconnaitront dans ce portrait au vitriol de notre société, des couples avec enfants en bas âges, des rapports entre employeur/employée à la maison. L’écriture est un vrai plaisir à lire c’est simple, précis et un rien poétique (voir ma seconde citation), j’adore. Tout le récit n’est qu’une lente montée en puissance comme un volcan  prêt à exploser, il ne nous sera épargné aucune tension, malaise, suspense et autre stress. Les personnages sont à fleur de peau, on sent que tout peu basculer d’un instant à l’autre vers un dénouement dramatique.

Citation :
" Pendant un instant, elle se met à croire que Louise est vraiment partie, qu’elle les a abandonnés dans cet appartement où la nuit va tomber, qu’ils sont seuls et qu’elle ne reviendra plus. L’angoisse est insupportable et Mila supplie la nounou. Elle dit : « Louise, c’est pas drôle. Où es-tu ? » L’enfant s’énerve, tape des pieds. Louise attend. Elle les regarde comme on étudie l’agonie du poisson à peine pêché, les ouïes en sang, le corps secoué de convulsions. Le poisson qui frétille sur le sol du bateau, qui tète l’air de sa bouche épuisée, le poisson qui n’a aucune chance de s’en sortir."
"Dans son estomac vide la glace tombe en lourds flocons."

 

la litote