Ursula Hegi 

Afficher l'image d'origine

Biographie de l'auteur

Née en 1946 en RFA, Ursula Hegi passe sa jeunesse en Allemagne avant de partir, à dix-huit ans, aux États-Unis. Critique littéraire pour le New York Times, le Los Angeles Times et le Washington Post, Ursula Hegi a reçu, depuis la parution de son premier roman Intuitions en 1981, de nombreux prix littéraires, notamment le Prix des lecteurs du Livre de Poche en 2010 pour Trudi la naine (Galaade, 2007). Après Brûlures d'enfance (Galaade, 2012), La pire chose que j'ai faite est son troisième livre traduit en français.

41Plf0q9mvL

Présentation de l'éditeur

Amis depuis la plus tendre enfance, Annie, Jake, et Mason ont un lien spécial, exceptionnellement profond, fait de désir, mais également d'attirance et de jalousie. Le soir du mariage d'Annie et Mason, les parents d'Annie meurent dans un accident de voiture. Or, sa mère vient de donner naissance à une petite fille. Les trois amis décident d'élever ensemble le nourrisson, Opal. Mais leurs liens intimes, toujours sur le fil du triangle amoureux, se complexifient encore et s'approchent dangereusement de la ligne à ne pas franchir. Une nuit fatidique, les trois amis passent le pas. Les conséquences sont terribles. 

" Quelle est la pire chose que tu aies faite aujourd'hui? " Chaque jour, Annie et Mason s'interrogent, un jeu de plus pour ce couple qui parie sur tout. Cela peut être des broutilles, mais aussi une faute grave, quelque chose d'inavouable, d'impardonnable. Le suspens reste entier, il nous faudra attendre la fin du roman pour en comprendre la portée. 

La pire chose que j'ai faite est une brillante exploration du secret, des actes cachés et des désirs. Quelle est la pire chose que tu aies faite ? Quelles sont les limites de l'amour? Qu'est-ce qui ne peut être pardonné? Quelle responsabilité avons-nous vis-à-vis de ceux que nous aimons ? 

Comme Annie, son personnage principal, artiste qui fait des collages avec des objets naturels, de la peinture et du papier, Hegi compose ce roman par la superposition d'images, de bribes d'informations, de points de vue et de temps. Une composition qui, tout en finesse, suggère habilement combien le passé affecte le présent. La pire chose que j'ai faite est un roman hanté qui rappelle les œuvres de Joyce Carol Oates et de Don DeLillo, et l'œuvre d'un écrivain à l'apogée de sa maturité. 
Prix des lecteurs du Livre de Poche en 2010 pour Trudi la naine (Galaade, 2007)

 

Ma chronique

 

 

 

Je découvre Ursula Hegi avec son roman « Ce que j’ai fait de pire » et je remercie la Voie des Indés Libfly et les Editions Galaade pour cette belle découverte. Nous entrons dans ce livre en suivant trois amis d’enfance Annie, Mason et Jake. Il s’agit d’un trio amoureux. Mason et Annie élèvent Opal, la petite sœur d’Annie qui a pu être sauvé de l’accident qui a causé la mort de leur parent le jour du mariage de Mason et d’Annie. Le roman est raconté par les voix de chacun tantôt Annie - Opal - Mason ou Annie et jake ou encore Lotte – Stormy – Annie – Opal. Tout cela de manière un peu décousue, les témoignages se mélangent et m’ont laissée un peu perdue dans le dédale du récit, difficile de s’identifier à l’un ou l’autre des personnages. L’action navigue constamment entre le passé et le présent. Le récit tourne autour des trois amis qui vivent proche les uns des autres. Mason apparaît comme celui qui chapeaute tout, Jake reste la valeur sure et Annie est le centre de leur univers. L’exploration des sentiments tels que la passion, la jalousie, la colère posent plus de questions encore et c’est sans parler de l’épisode du suicide de Mason qui est très lourd. Il y a de très beaux moments aussi, j’aime particulièrement quand l’auteur est capable d’explorer les sentiments un enfant sans tomber dans un langage enfantin. Les existences des personnages sont décortiquées, Annie qui devra trouver sa juste place de mère/sœur,  Mason dont jalousie finira par l’engloutir, Jake qui ne dépassera pas ses limites platoniques, Opal qui exprime son besoin d’amour et ses questionnement quant à ses parents et enfin Stormy réduite à vivre dans un autre temps. Il y a un passage que j’ai particulièrement apprécié de par son étrangeté et à la fois l’ancrage à la réalité qu’il apporte ; c’est le moment où Annie écoute deux psychologues qui tiennent une émission radio, tout en conduisant elle se laissent prendre par les point de vue contradictoires sur la vie des gens qui témoignent en direct et même lorsque sa radio est éteinte , elle continue à les entendre ainsi que la voix de Mason qui trouve ici un canal pour lui parler au-delà de la mort. L’auteur a une belle plume et on se laisse prendre par le suspense et le côté envoûtant de ce livre écrit avec beaucoup de sensibilité. Bonne lecture. 

 

plutôt sympa

la litote