Sire CEDRIC

Résultat de recherche d'images pour "Sire CEDRIC"

Biographie de l'auteur

Né en 1974, le Toulousain Sire Cedric occupe depuis plusieurs années une place de choix sur la scène du thriller français. Auteur de huit romans et de deux recueils de nouvelles, il a reçu le prix Masterton et le prestigieux prix Polar du festival de Cognac.

 

513VMxWgthL

 

Présentation de l'éditeur

" Un roman addictif écrit à l'encre noire des ténèbres. " Olivier Norek

Manon maquille les cadavres, Ariel maquille les voitures. Elle est thanatopractrice, il est délinquant. Ils sont frère et soeur. Un jour, l'une des combines d'Ariel tourne mal 
et Manon se retrouve complice malgré elle. Lorsque les assassinats les plus sordides s'accumulent autour d'eux, traçant un jeu de piste sanglant vers une secte satanique, le capitaine Raynal s'intéresse à leur cas. Commence alors une traque qui brouillera 
les limites entre alliés et prédateurs et mettra à l'épreuve les liens du sang. 

Sire Cedric revient en chef d'orchestre du suspense et des frissons, avec un nouveau 
concerto qui fait la part belle au souffle du vent dans la nuit noire et aux gémissements des corps torturés. Subtil et maîtrisé, ce conte d'horreur moderne allie à la justesse d'une réflexion sur les relations familiales les retournements de situation les plus ébouriffants.

 

Extrêmement bon

 

Ma chronique

 

C’est le premier roman que je lis de Sire Cédric parce que le paranormal et moi ça fait deux. Du coup j’étais vraiment tenté de le découvrir dans ce thriller dont la superbe couverture me faisait de l’œil. En plus les critiques souvent dithyrambiques m’avaient fait envie alors je me suis jetée  dans cette lecture. J’ai littéralement adoré, l’histoire et les personnages c’est du grand art, tout c’est super bien déroulé jusqu’à ce que l’on apprenne l’identité du tueur alors là, grosse déception du coup j’ai fermé mon livre en disant « tout ça pour ça » une grosse ficelle qui même si je ne l’avais pas vu venir m’a cloué par sa simplicité et sa médiocrité. Bon ce n’est que mon avis et mon ressenti, cela n’empêche en aucun cas que toute l’enquête est très bien menée et puis j’ai aussi beaucoup aimé que l’action se passe dans la région de Montpellier vu que je suis de Perpignan, j’avais vraiment aucun soucis pour visualiser, les vielles bâtisses abandonnées de la région. Le sujet quand à lui est passionnant, une secte satanique, des symboles occultes, des rituels sinistres, de la violence, du sexe, du sang des sacrifices. Le ton est donné dès le prologue et on sait dors et déjà que nous entrons dans l’horreur et le gore mais ce n’est que le début, il reste le meilleur à venir.  Le personnage de Manon est superbement exploité, avec ses forces et ses faiblesses, sa relation à son frère, à son travail de thanatopractrice, ses souvenirs d’enfances omniprésents sous forme de cauchemars, tout cela nous la rend extrêmement attachantes. Son frère Ariel qui a le mauvais rôle, celui de l’égoïste et du lâche est lui aussi fort bien campé. Celui qui nous fait complètement rêver tout comme il fait rêver Manon, c’est le commissaire Raynal. Solitaire nouvellement muté dans la région, trimbalant des casseroles et si humain avec Manon. IL y a aussi tout une série de personnages secondaires savoureux. J’ai aussi apprécié la théorie selon laquelle les ramifications et les protections de la secte s’étendent jusqu’au plus haut niveau de la société et même dans la  Police ou le système judiciaire, une sorte de théorie du complot qui nous fait devenir parano. Je ne regrette absolument pas ma lecture même si j’ai posé un bémol mais à part cela c’est un super thriller. Bonne lecture. 

Citation: 

 Manon souffla dans ses mains, éparpillant les brins de gazon devant elle. Elle sentait qu'elle effleurait quelque chose d'important, sans parvenir à mettre le doigt dessus. 
C'était comme si son esprit lui hurlait qu'elle avait la solution sous son nez et qu'il lui suffisait d'ouvrir les yeux. De les ouvrir tout de suite.
Or, elle n'arrivait toujours pas à assembler les pièces du puzzle entre elles. 
La frustration qui en résultait était une vraie torture.

 

la litote