Je remercie les éditions Alice Jeunesse  pour l'envoi de ce livre ! 

 

Noélia Blanco

Noelia Blanco

Noelia Blanco est auteure pour la jeunesse.

Elle a étudié la Philosophie et les Lettres à l’Université de Buenos Aires et l’Éducation Musicale au Conservatoire national de musique de Buenos Aires. Elle a voyagé en Amérique latine et en Europe en exerçant les métiers de conteuse, d’écrivain de voyages et de professeur de musique native pour les enfants. Elle a participé à des programmes de promotion de la littérature destinés aux enfants, a publié de nombreux essais sur l’ethnomusicologie et de courts récits, et a traduit des contes pour enfants de l’italien et de l’anglais vers l’espagnol. 

En 2010, elle s’est installée à Lyon, en France, où elle vit actuellement.

Pour en savoir plus voici son site http://noeliablanco.com/ 
Source : http://noeliablanco.com/

Valéria Docampo

Valeria Docampo

Valeria Docampo est illustratrice.

Elle a suivit des études d'art à Buenos Aires et est diplômée d'art graphique et communication visuelle.

Depuis 2006, elle se consacre entièrement à l'illustration jeunesse et travaille avec de nombreux éditeurs du monde entier.

"La grande fabrique des mots" édité chez Alice jeunesse en 2009 est traduit en plus de 20 langues. Son travail est reconnu et récompensé.

Elle vit aujourd'hui en France à Lyon.

Pour plus d'informations voici son site et son blog http://valeriadocampo.com/ http://docampo-valeria.blogspot.fr/


Source : http://valeriadocampo.com/personal.html

91TScRWeLrL

Présentation de l'éditeur

Dans la Vallée des Moulins, vivaient des hommes, des femmes et des enfants semblables à tous les autres. Puis, un jour, les machines parfaites sont arrivées. Il suffisait alors aux habitants de la Vallée d'appuyer sur un bouton pour vivre dans un monde parfait. C'est ainsi que tous cessèrent de rêver. Tous ?
Ma chronique : 

La Vallée des Moulins est un album sublime tant par l’histoire touchante qu’il nous raconte que par la qualité de ses dessins qui sont de toute beauté. J’ai tout d’abord été touchée par l’histoire, un monde trop parfait où les machines ont remplacé les hommes. Des machines parfaites sont arrivées pouvant exaucées tous les vœux, tous les rêves de l’humanité et bien croyez le ou non moi ça m’a fait rêver et réfléchir. En quoi serait-ce lassant de vivre dans un monde parfait où tout serait lisse et exactement comme vous le souhaitez ?  Qui serait encore tenté de faire un vœu lorsqu’il voit une étoile filante ? Mais c’est bien connu, les machines n’aiment pas les grains de sable et ici le grain de sable c’est Anna la couturière qui a encore des rêves cachés. Quand Anna rencontre l’homme-oiseau qui a pour rêve de voler alors qui peut dire si leurs deux rêves pourront  se rejoindre?  J’ai aimé la poésie qui se dégage du texte mais aussi la tendresse et la douceur des illustrations, le choix des coloris est  bien souvent du  ton sur ton sauf pour les cheveux roux d’Anna, des cheveux qui la singularise et mettent en avant une personnalité forte. Il est question de cheveux, de fils à coudre, de vent qui les emportent légers comme des plumes. S’il suffisait d’un souffle pour nous donner l’élan nécessaire à la réalisation de nos rêves. 

la litote