Je remercie les Editions la Geste pour l'envoi de ce livre

 Laurine  LAVIEILLE 

22089325_10155731848014253_5335958735418244868_n

 

Biographie de l'auteur

 Laurine Lavieille est enseignante et vit à Limoges. Elle a suivi des études de Lettres et s’est spécialisée dans les littératures populaires et les cultures médiatiques.

Elle est passionnée de littérature, de cinéma et d’arts en tout genre. Ce profil éclectique lui a permis d’orchestrer la réalisation de cet ouvrage inédit, mêlant photographies, dessins, textes et incrustations.

81Kql77L2hL

 

Présentation de l'éditeur

Suite à une mutation, Marika Farkas, lieutenant de police marseillaise, débarque à Limoges un soir de pluie. Hantée par l assassinat de l homme qu elle aimait et désormais seule avec Lisa, leur petite fille, elle doit trouver ses marques dans cette ville inconnue, loin des menaces de la cité phocéenne. Mais à peine a-t-elle posé ses valises qu une étrange affaire l amène à Peyrilhac, bourgade en pleine campagne, où une jeune femme a disparu dans des circonstances mystérieuses... L engrenage diabolique de cette enquête nous entraîne dans une histoire où meurtres, passions amoureuses et suspense sont au rendez-vous. Laurine Lavieille nous livre un premier roman sensible sur une femme blessée, qui tente de survivre.

Ma chronique : 

Je termine Total K.O. et je quitte avec regret le personnage de Marika Fargas lieutenant de police marseillaise fraîchement mutée à Limoges après l’assassinat de son compagnon. En compagnie de sa petite fille Lisa elle va devoir tenter de refaire sa vie. A peine arrivée déjà une affaire de disparition l’accapare. J’ai apprécié la belle écriture de Laurine Lavieille tout au long de ce polar que j’ai beaucoup aimé. Et pourtant à mieux y réfléchir, rien de phénoménal dans le scénario, pas de retournement de situation, pas de cliffhanger comme disent les anglo-saxon.  Au contraire l’intrigue semble être d’une simplicité désarmante et je suis partie à suivre des pistes qui finalement n’ont pas abouti. J’avais l’impression d’enfiler une veste chaude, douillette et confortable au fil des pages de me sentir bien avec ce livre. C’est peut-être cela le secret de ce  polar une apparente simplicité qui n’en est pas une puisqu’il se met en place une belle intrigue, un suspense haletant et au fil des pages tout se corse et devient de plus en plus entremêlé, un sac de nœud où plusieurs affaires se mélangent formant un tout pas facile à démêler. Mais au final ce qui a fonctionné pour moi  et m’a rendu addict au point de ne pas pouvoir le lâcher avant la dernière page, c’est mon attachement au personnage principal. L’auteure a su nous rendre Marika Farkas , humaine , vulnérable et forte à la fois , intelligente et paumée, bref  vraiment touchante et sympathique. Tous les passages  en tant que mère de la petite Lisa sont superbes, j’adore sa façon d’être avec sa belle-mère. J’ai apprécié le personnage du voisin écrivain, j’adore la façon de nous raconter comment il s’y prenait pour trouver l’inspiration.  Et puis tout au long du roman il est beaucoup question d’art, j’ai aimé les références au sculpteur Marc  Petit, au peinte Edward Hopper  qui ont été de belles découvertes. Ma lecture a été enrichissante et j’ai trouvé cela super car je ne m’y attendais pas du tout et que cela n’arrive pas à chaque polar lu. Bonne lecture. 

Citation : 

Le charme des piscines municipales. Le carrelage, l’odeur de javel, le pédiluve et les lignes d’eaux bondées. Je ne suis pas la seule à vouloir nager pendant la pause méridienne. Mais je ne recule pas : j’attache solidement mes cheveux et, en appui sur la barre du troisième plongeoir, m’enfonce entièrement dans l’eau. Les sons les voix se transforment en un bourdonnement lointain. 

la litote