Je remercie les Editions du Masque pour l'envoi de ce livre.

Charlotte Wood

Résultat de recherche d'images pour "Charlotte Wood auteur"

Biographie de l'auteur

Charlotte Wood est l’auteur de cinq romans et de deux documents. La Nature des choses, son premier roman traduit en français, a connu un succès retentissant en Australie en remportant de nombreux prix littéraires dont le prestigieux Stella Prize. Il sera publié dans neuf pays et une adaptation cinématographique est en cours. Charlotte Wood vit à Sydney.

22181157_10212264984813188_7477076103161510229_o

 

Présentation de l'éditeur

Dix femmes emprisonnées au milieu du désert australien. Dix femmes au crâne rasé, vêtues d’habits étranges. Trois geôliers, vicieux et imprévisibles, pour les surveiller. Un jour, la nourriture vient à manquer. Pour elles comme pour eux. Et les proies se changent en prédatrices.
Ma chonique : 

Je referme mon livre avec un sentiment de frustration et d’inaboutis  et ma première pensée est «  tout ça pour ça ? ». Vraiment passer à côté d’un roman à ce point quel dommage. Pourtant le sujet en lui-même était on ne peut plus prometteur. Dix femmes retenues prisonnières dans le désert Australien, dans des conditions inhumaines, rasées, assoiffées, battues et j’en passe, il y avait matière à nous sortir un scénario infernal, une intrigue puissante et bien que nenni, tel n’a pas été le choix de l’auteure. Charlotte Wood c’est contenté non sans un certain talent d’explorer la longue descente aux enfers de ces femmes, d’un point de vue psychologique. On va suivre leur pensées, décousues au début à cause des drogues qu’elles ont reçues puis de plus en plus réalistes et terre à terre face à leur volonté de survivre à tout prix. Leur transformation est lentement décrite en trois grandes saisons  Eté,  Automne,  Hiver. Les trois odieux geôliers qui sont chargés de leur garde vont s’avérer dépourvus lorsque la nourriture vient à manquer. C’est ce qui nous est dit dans la quatrième de couverture donc on attend avec hâte d’arriver à ce moment là pour savoir de quelles façons cela va maintenant influencer les choses. Malgré cela le scénario reste d’une lenteur désespérante, on n’avance pas, on ne trouve aucune réponse à nos questionnements et pire, il n’y a même pas de suite en vue, pas le moindre tome 2 pour rattraper le coup. On ne sait pas comment elles ont été choisies ni pourquoi ? Qui est l’énigmatique  Hardings que l’on attend désespérément ? Je ne dis pas qu’il n’y a pas de bons passages, ceux où la nature du bush est décrite semblent presque poétiques, les descriptions sont du grand art et la plume fluide de l’auteur se lit aisément mais cela est resté insuffisant  à mon goût pour me faire apprécier ma lecture, je reste avec une profonde insatisfaction et quand j’apprend qu’il y a une adaptation cinématographique en vue , je me dit que je n’irai certainement pas voir ce film si c’est pour qu’il se finisse en queue de poisson comme le livre. Si j’ai pu aller jusqu’au bout de ma lecture  c’était parce que j’attendais un dénouement qui n’est jamais venu aussi  je laisse ce livre à ceux et celles qui aiment les fins énigmatiques, ce qui vous l’aurez compris n’est pas mon cas. Bonne lecture.

Citation : 
Alors elle attendait, couchée sur le lit, ce qui était assez drôle, car voilà précisément comment tout avait commencé. Mais pour le reste, cela n’avait rien à voir, il y avait la chemise de nuit qui râpait malgré la chaleur, l’immense terre déserte qui s’animait dehors, personne pour se soucier de savoir où elle était, son corps encombrant oublié, réduit à marcher, souffrir, avoir faim et soif, manger et dormir, pisser, chier, saigner.
la litote