Je remercie les Editions du Panthéon pour ce SP.

Harald Bredlow

Biographie de l'auteur

Harald Bredlow est un véritable citoyen du monde, un globe-trotteur impénitent, un amoureux des peuples, des langues et des cultures. Germanophone, anglophone et parfaitement francophone, il a étudié les lettres et la philosophie à la Sorbonne, à Hambourg, et autres hauts lieux, poursuivant ses humanités en voyageant sur les cinq continents.

9782754740067-260x398

Présentation de l'éditeur

Une aide-soignante est retrouvée morte sur son lieu de travail. Convaincu qu’il s’agit d’une overdose, le médecin-chef de l’hôpital « Les Pins » décide de faire appel au capitaine de police, François de Fleurville. Habitué à ce type d’intervention, il est appuyé par le gendarme Lespine, l’adjudante-chef Jennifer et l’intarissable journaliste Joséphine. Une escouade hors pair dont les découvertes ne tarderont pas à les désorienter...

 

Ma chronique : 

 

 

Un livre lu en quelques heures à peine. Un roman policier agréable qui serait plus proche de la nouvelle avec ses 112 pages. D’ailleurs il y a plusieurs histoires en une,  Black mamba et Mariposa – Le papillon. Une lecture divertissante  et légère même si l’on rencontre des morts, des serpents, un éléphant et un tigre ! J’ai apprécié l’ingéniosité de l’auteur  c’était fascinant, le moment où j’ai pris conscience du fait que les deux récits sont relier l’un a l’autre. J’ai aimé la façon dont l’auteur s’y prend pour faire de cette connexion un moment fort.  Alors certes la vérité n’est pas forcément celle à laquelle on s’attendait, mais j’ai découvert très tôt, trop tôt la chute  de Black Mamba et c’est bien dommage. Il m’a manqué plus de pages, plus de profondeur psychologique des personnages et pour tout dire une intrigue plus corsée. Un polar divertissant et original de part sa forme, qui m’a laissé un peu sur ma faim. Bonne lecture.

 

 

 

 

 

Citation : 

 

« -Bonsoir, mon capitaine, excusez-moi de vous déranger si tard. Mais il y a un mort, ou plutôt une morte à l’hôpital «  Les Pins ». Non, ils n’ont pas loupé une opération. C’est un accident, ou un suicide ou un crime, je ne sais pas. Le médecin-chef n’a pas voulu m’en dire davantage. Il a seulement insisté pour que je vous téléphone et pour que vous veniez aussi vite que possible. »

 

panthéon

la litote