Je remercie les Editions de l'Archipel pour l'envoi de cette lecture.

Denise Le Dantec

Résultat de recherche d'images pour "Denise Le Dantec"

 

Biographie de l'auteur

Née à Morlaix en 1939, Denise Le Dantec est poète, peintre et auteur compositeur. Elle a étudié la philosophie et les sciences humaines à la Sorbonne et a publié une trentaine d'ouvrages. Son œuvre est traduite dans de nombreuses langues dont l'anglais, l'allemand et le chinois.

120270996

 

Présentation de l'éditeur

Un roman publié en 1847, Les Hauts de Hurlevent, fit sa renommée posthume. Emily Brontë n’avait pas trente ans. Elle ne semblait connaître du monde que les landes entourant le presbytère familial, ayant partagé sa vie entre les tâches domestiques et la rédaction de sagas juvéniles avec son frère Branwell et ses sœurs Anne et Charlotte.
Ce livre unique fut longtemps le seul témoignage de son auteur, dont l’existence, croyait-on, n’avait pas connu d’événement marquant. La réussite de sa sœur Charlotte, il est vrai, l’avait maintenue dans l’ombre.
C’était oublier qu’Emily Brontë (1818-1848), loin d’être une enfant recluse et sauvage, était éprise de liberté. Très cultivée, parlant le français, elle fut une lectrice passionnée de Walter Scott, Lord Byron et Shelley. Sa compréhension précoce de la cruauté du monde lui permit d’écrire « sans doute le plus beau roman d’amour de tous les temps », selon Georges Bataille.
Évoquant les drames de sa vie et ses révoltes, son courage moral et intellectuel, mais aussi son exubérance et sa force de caractère, Denise Le Dantec retrace l’existence singulière d’une femme qui ne put jamais rompre avec son enfance et conduisit sa vie comme un destin : celui d’écrire, sans se soucier de devenir écrivain.
Ma chronique : 

 

J’ai eu beaucoup de mal à lire et à terminer cette lecture, je n’ai pas du tout accroché à cette biographie d’Emily Brontë. Pourtant j’étais partante pour en apprendre un peu plus sur la courte vie de cette jeune auteure qui m’avait tant impressionné avec son fameux « Les hauts de Hurlevent » que j’avais pris plaisir à lire et à relire pendant mon adolescence. On sent que Denise Le Dantec a fait un beau travail de recherche et j’ai aimé trouvé au centre du livre la documentation présentée avec des textes et des peintures. Cela n’a pas suffit à faire passer les chapitres indigestes car trop longs, trop alambiqués et surtout bien souvent ennuyeux. Je ne parlerai même pas de son style d’écriture à la fois désuète et gnangnan. Je ne suis certainement pas la meilleure personne pour donner mon avis car c’est la première biographie que je tente donc je n’ai pas de comparaison. J’ai eu aussi beaucoup de mal avec la partie fictive  de cette biographie qui me laisse perplexe, c’est toujours délicat de faire parler les gens une fois qu’ils ne sont plus là, de se mettre à leur place, dans des lieux inconnus, une époque différente, bref  un vrai travail d’équilibriste. Les dialogues sont d’ailleurs bien trouvés entre les différents membres de la fratrie Brontë mais du coup  cela m’a donné un sentiment de recul et je n’ai pas réussi à investir les personnages. Il faut reconnaître que cette famille pauvre étaient atypique et recelait de nombreux talents. Emily semble avoir été une jeune femme très seule, introvertie, tourmentée et d’une psychologie éloignée de celle de sa sœur Charlotte qui était plus mondaine. Elle aimait  vivre dans la nature qui bordait le Presbytère et être accompagnée de l’affection loyale de ses chiens. Ce fut pour moi une lecture laborieuse, pas assez centrée sur Emily et avec laquelle j’ai eu bien de la difficulté.

 

 

Citation :
"Lorsque mes jours brefs approcheront de leur terme
Tout ce que je demande
C'est d'avoir dans la vie comme dans la mort une âme libre
Et le courage de souffrir." (vers trouvés sur la table d'Emily Brontë à sa mort)

Chez Emily Brontë, avec une mesure égale, se sont toujours conjugués le sentiment inéluctable de la loi du monde et l'aspiration à la liberté. Elle accepte le défi d'une prédestination lointaine, en même temps qu'elle le refuse. Comme son père dans sa jeunesse, elle a besoin de combat, et cet antagonisme est devenu le moteur de son activité littéraire.

Mais par dessus tout, écrivain et poète de sept ans, Emily connait déjà l'art de transformer les émotions de l'existence en écriture

 

L'archipel

la litote