Je remercie les Editions Slatkine & Compagnie pour l'envoi de ce nouveau titre.

Satyajit Ray

jpeg

 

 

Biographie

Satyajit Ray (1921-1992), l’immense cinéaste indien, qui débuta sa carrière comme assistant de Jean Renoir et dont Gérard Depardieu a produit Le Visiteur, était aussi écrivain.

 

Capture

 

 

Présentation de l'éditeur

Trois enquêtes du célèbre détective indien Feluda.

Satyajit Ray (1921-1992), l’immense cinéaste indien, qui débuta sa carrière comme assistant de Jean Renoir et dont Gérard Depardieu a produit Le Visiteur, était aussi écrivain. De 1965 jusqu’à sa mort, le réalisateur aux 37 films publia chaque année une enquête de Feluda. Trente-cinq récits en tout, avec toujours les trois même personnages : Feluda, le placide détective qui tient du Sherlock Holmes ou du Jeeves indien, son neveu Topshé, quatorze ans, le narrateur, et Jotayu, l’écrivain à succès. À travers cette triple focale, l’enquête se déroule comme un film. Chaque énigme est prétexte à voyager, à découvrir une nouvelle partie de ce continent-monde et à faire rêver son milliard de lecteurs. D’abord conçus pour les enfants, ces courts récits ont immédiatement eu un tel succès que Satyajit Ray les a vite écrits pour la famille tout entière. Et, à chaque printemps, la publication du nouveau Feluda était l’événement éditorial de l’année. Dans ce premier volume, nous avons sélectionné trois enquêtes, qui balaient toute l’Inde du Nord. Philippe Benoît, professeur à Langues O’ et traducteur notamment de Taslima Nasreen, a traduit ces trois récits directement du bengali. 

41PNz20kqIL



Découvrez, dans ce ce premier volume, trois enquêtes du détective Feluda accompagné de son neveu Topshé, et narrées par l'écrivain Jotayu.
Ma chronique : 

Préparez-vous à partir en Inde et à vivre un grand dépaysement en suivant Féluda dans ses enquêtes. Les éditions Slatkine & Cie en ont choisi trois des plus représentatives sur les trente cinq qu’à écrit Satyajit Ray entre 1965 et 1996. Le tout directement traduit du bengali par Philippe Benoît. Cette série a connu un très grand succès auprès de la population indienne.

Nous retrouvons à chaque aventure, un trio qui fonctionne parfaitement, Feluda, Topshe et Jotayu. Tous sont bengali et nés à Calcutta, ils adorent prendre le thé  surtout dans les trains et jeter par la fenêtre le contenant en terre une fois leur thé bu. Feluda est l’enquêteur principal, il est cultivé et brillant un peu comme Sherlock mais en plus modeste, il est accompagné par son neveu Topshe, un jeune garçon de 14 ans qui admire beaucoup son oncle et ne rêve que de l’accompagner dans une de ses enquêtes pendant le temps des vacances, il est le narrateur, fidèle et attentionné. Jotayu est le plus âgé, c’est un écrivain à succès, il ajoute une touche d’humour au récit et ne fuit pas le danger.

La forteresse d’or nous fera découvrir le Rajasthan, en train, en voiture et à dos de chameau, Grabuge à Kerdanath se passe en Uttarakhand et Péril au Paradis à Jammu et Cachemire toutes les trois au Nord de l’Inde. On a comparé Feluda à Tintin et il est vrai que ces trois enquêtes sont parfaites pour initier les enfants à l’intrigue policière, à la géographie et aux personnages historiques. J’ai aimé ces intrigues où le « méchant » est parfaitement identifiable et où la violence n’est pas au premier plan. Au contraire, de belles valeurs y sont véhiculées comme l’amitié, l’honnêteté et la droiture. On est aussi dans un univers très masculin, pas de femmes, ni de sexe à l’horizon. Ce qui a été le plus difficile pour moi c’est l’emploi des noms bengali, lieux ou personnages pas facile de tous les mémoriser et du coup  j’ai eu quelques moments de flottement, dans l’ensemble une très belle découverte. J’ai apprécié le petit fascicule reçu avec le livre qui m’a permis d’étayer cette chronique et de mieux comprendre le phénomène Feluda. La carte géographique et les photos étaient les bienvenues. Bonne lecture.

Citation : 

quote left

Feluda a refermé bruyamment le livre qu’il tenait entre les mains. il a claqué des doigts à deux reprises, poussé un énorme bâillement, et s’est écrié : 
— C’est de la géométrie! 
J’ai demandé, incrédule : 
— tu lisais un livre de géométrie depuis tout ce temps? le livre en question était recouvert d’une protection de papier journal, je ne pouvais pas voir le titre. tout ce que je savais, c’est que Feluda l’avait emprunté à l’oncle sidhou. l’oncle sidhou est un acheteur compulsif de livres, très maniaque pour tout ce qui tient à leur conservation. il ne les prête jamais, mais il a confiance en Feluda. et Feluda, lorsqu’il emprunte un livre à l’oncle sidhou, se dépêche de le couvrir, à peine rentré à la maison. Feluda a allumé une cigarette, lâché deux ronds de fumée et continué : 
— la géométrie n’a pas besoin de livres. tous les livres parlent de géométrie car toute la vie n’est que géométrie. tu l’as sûrement remarqué: lorsque ces ronds de fumée sont sortis de ma bouche, c’étaient des cercles parfaits.
Réfléchis un peu à l’importance de cette figure géométrique dans l’univers! regarde ton propre corps. tes pupilles sont deux cercles qui te permettent de voir la lune, les étoiles, le soleil dans le ciel. quand tu les observes, tu as l’impression de voir des cercles (en vérité ce sont des sphères, chacun est une sorte de bulle solide).

slatkine

Signaturev2