Je remercie les Editions Fleuve pour  l'envoi de ce nouveau titre. 

 Peter James

AVT_Peter-James_6492

Un mot de l'auteur

Peter James compte parmi les auteurs de romans policiers les plus lus du Royaume-Uni, grâce notamment à la série mettant en scène son personnage récurrent de Roy Grace, traduite dans trente-quatre pays. En 2016, il a reçu le prestigieux Diamond Dagger Award pour l'ensemble de son oeuvre.

Présentation de l'éditeur

Le déménagement dans ce manoir charmant, en haut de la colline, devait être le point de départ pour une nouvelle vie. Après des années passées dans la banlieue de Brighton, Ollie Harcourt ne pouvait rêver mieux qu'une existence paisible à la campagne. Le reste de la famille suit d'un pas hésitant, mais ne rechigne pas pour autant à cette nouvelle aventure. 
Cependant, peu après leur installation, des scènes étranges se déroulent dans la maison. 
Des ombres apparaissent, les animaux domestiques se comportent de manière bizarre et plusieurs accidents, plus déroutants les uns que les autres, ont lieu. 
Bientôt, Ollie n'a plus de doute : leur présence n'est pas vraiment souhaitée. Quelqu'un semble même prêt à tout pour les expulser de là... à n'importe quel prix.

71o3-mXJnOL

 

 

Ma chronique : 

 

 

 

Un scénario somme toute classique de maison hantée mais à la sauce Peter James cela fait toute la différence et nous promet de multiples rebondissements et surprises. Je n’ai pas été déçue et j’ai même apprécié cette ambiance de campagne anglaise avec son Pub et ses bières.  Dans la famille Hartcourt, il y a le père web designer prometteur, la mère avocate et leur jeune fille Jade 12 ans. Tout ce petit monde a décidé de quitter la vie citadine au profit  d’une existence paisible à la campagne. Il faut dire que leur nouvelle habitation a beaucoup de cachet mais est dans un état lamentable, qu’à cela ne tienne, Ollie Hartcourt est très motivé pour entreprendre les travaux de rénovations et se construire un petit paradis. Malheureusement rien ne va se passer comme ils l’imaginaient et petit à petit l’ambiance devient plus sombre, des choses inexpliquées se passent et il faut bien se rendre à l’évidence  c’est comme si on ne voulait pas d’eux ici. Dès le premier chapitre, on sait déjà que les choses risquent de mal se passer pour tous ceux qui auraient l’envie d’habiter la maison de Cold Hill. Les évènements négatifs viennent s’accumuler  et saper le moral des troupes. Certes il n’y a pas de  choses énormes en soi mais c’est plutôt par petites touches qui se révèlent parfaitement efficaces que l’on sent l’ambiance changer en quelque chose que personne n’aimerait vivre. L’auteur n’hésite pas à dépoussiérer tous les symptômes inquiétants qu’ils jettent comme des bâtons dans les roues de la famille Harcourt et j’ai apprécié ce côté résolument moderne et technologique. J’aurai adoré qu’il nous donne un peu plus de matière historique concernant la maison et ses précédents habitants. Un thriller macabre qui brouille la frontière entre les vivants et les morts, c’était intense et parfait pour tous les amateurs du genre. Bonne lecture.

 

 

 

Citation : 

quote left

Ils passèrent un panneau «  COLD HILL – ralentir » flanqué de deux signaux de limitations de vitesse à 40 km/h, de part et d’autre de la route. La voiture rebondit sur un des dos d’âne. Ils remarquèrent un terrain de cricket  sur la gauche et une vielle église normande, perchée au sommet d’une colline sur la droite. Le cimetière était joli, avec son muret en silex et ses rangées de pierres tombales patinées par le temps, certaines penchées, d’autres cachées par les banches d’un grand if.

Il y a des gens morts, ici maman ? demanda Daisy.

 

 

 

FLEUVE NOIR

Signaturev2