Je remercie l'auteur pour l'envoi de cette nouvelle lecture. 

 

Coupdecoeurlogoshort

 

Gwenael Le Guellec

56255423_429352391149582_811413794315042816_n

 

Un mot de l'auteur

Gwenael Le Guellec est originaire de Brest. Passionné par les voyages et la photographie, il vit et travaille en Ile-de-France. Armorican Psycho est son premier roman.

Capture

 

Présentation de l'éditeur

Au lendemain de la fête des morts, une tempête sans précédent s'empare de la pointe armoricaine, plongeant la cité du Ponant dans une pluie sans fin. Photographe amateur atteint d’achromatopsie, une crainte obsessionnelle de la lumière associée à une absence totale de vision des couleurs, Yoran Rosko vit retiré dans son appartement sur le port et ne sort que la nuit. Il est appelé pour confirmer l'identité du cadavre de l'homme qui lui avait permis de faire ses premiers pas dans le huitième art, retrouvé mort à son domicile, le corps mutilé et recouvert de sel. Sauf que ce corps s'avère être celui d'un ancien capitaine de cargo norvégien, disparu en mer en 1995...

Gagnant Prix du Suspense Psychologique 3e Edition 2019 présidé par Bernard Minier. 

" Un univers, une écriture. Emballant et captivant ! " Bernard Minier 

71a8vDzrsJL

 

Ma chronique : 

 

 

Ne vous laissez pas impressionner par ce pavé de 700 pages, toutes sont nécessaires pour nous emporter avec délectation dans un thriller sanglant et  breton.  Yoran Rosko, photographe ne voyant la vie qu’en noir et blanc suite à une maladie rare va tout tenter pour retrouver la piste de son ami Claude qui a disparu. Alors qu’une série de meurtres fait apparaître le portrait d’un « Tueur de sel » aussi impitoyable que mystérieux. J’ai beaucoup aimé le personnage de Yoran tout en retenu, plutôt taiseux mais au final attachant. J’ai apprécié sa ténacité, sa façon de ne pas perdre de vue ses objectifs et son attachement à sa ville de Brest. Il faut dire que  je n’ai jamais mis les pieds à Brest mais avec toutes les descriptions et  les détails historiques, j’avais l’impression de mieux connaître cette ville aux pluies diluviennes. L’intrigue en elle-même est brillante et bien imaginée. On laisse les montées en tension nous prendre aux tripes et l’écriture est un vrai plaisir. Le suspense s’installe rapidement pour ne plus nous quitter jusqu’à la dernière ligne.  L’enquête nous fait voyager en Norvège et jusqu’aux confins du cercle polaire et cela donne un nouveau souffle avec les côtés thrillers nordiques que j’apprécie tant.  Un univers masculin à découvrir dans le cadre dur et rigoureux des marins pêcheurs. Le personnage d’Olaf est une merveille, certes on retrouve les clichés du mâle viking mais bon, c’était quelque chose ! Un auteur au talent certain que je vais suivre dorénavant avec grande attention.  Bonne lecture.

 

 

Citation : 

 

quote left

Le dessin très certainement entamé depuis plusieurs moi sinon davantage, représentait un renne blanc dont les bois s’étendaient jusqu’aux épaules du sujet, semblant poursuivre sur l’avant de son corps sous la forme  d’un interminable entrecroisement. Tout autour une multitude de petites fleurs de cerisier noires très finement ciselées complétaient la création. Sur la base du dos, deux vagues inspirées par La grande vague de Kanagawa d’Hokusai s’entrechoquaient, donnant ainsi naissance au dessin.

 

 

 

nouveaux auteurs

 

 

Signaturev2