Je remercie les  Editions Christian Bourgois 

et le site Babélio et sa #massecritique pour l'envoi de ce nouveau titre.

 

Solares_Martin-e1570372908113

 

 

Martin Solares

Un mot de l'auteur : 

Martín Solares est né en 1970 à Tampico au Mexique. Parallèlement à son travail de recherche et d’écriture, il travaille depuis 1989 comme critique, professeur et éditeur de littérature. En 1992, il a reçu la mention honorifique du Prix national Periodismo Cultural Fernando Benítez. En 1998, il a obtenu le Prix national Efrain Huerta pour la fiction. De 2000 à 2007, il a vécu à Paris où il a effectué un doctorat en littérature à la Sorbonne.

Ses nouvelles et ses travaux critiques ont été publiés dans de nombreuses revues et anthologies au Mexique mais aussi en Angleterre, en France, aux Etats-Unis et en Espagne.

En 2006, un groupe d’écrivains, parmi lesquels Sergio Pitol, Juan Villoro et Mario González Suares, l’ont désigné comme l’un des jeunes auteurs les plus prometteurs des dix dernières années.

 

Capture

 

 

Présentation de l'éditeur

Une enquête de la Brigade nocturne

Paris, 1927. Dans une sombre ruelle du Marais, le cadavre d’un homme est découvert. Jusqu’ici, rien que de très normal pour les bas-fonds parisiens. Mais le corps a un aspect étrange… et porte des marques curieuses sur le cou…
À crime extraordinaire, enquêteur extraordinaire : Pierre Le Noir, membre d’une division secrète de la police parisienne, se voit chargé de l’affaire. Pour résoudre ce cas, il devra croiser des migrants illégaux d’une nature étonnante, s’intéresser au paranormal, et frayer avec un groupe de jeunes artistes énervés, ces fameux surréalistes qui agitent Paris. Nul doute que cette histoire remettra en cause tout ce qu’il croyait savoir de la vie – et de la mort.
Quatorze crocs joue sur tous les codes du roman policier et fantastique, et le lecteur joue avec lui : drôle, feuilletonnesque, bourré de références et d’allusions délicieusement anachroniques, il nous offre un grand plaisir de lecture.

51gmgwN1lWL

 

 

Ma chronique :

 

Un livre court qui  nous fait découvrir le Paris des années trente et la Brigade Nocturne dont fait parti l’enquêteur Pierre Le Noir. Nous allons alors partir à la recherche d’un criminel qui a laissé une victime exsangue avec pour signature quatorze petits trous dans le cou.  Très vite ce roman policier élargit son terrain en donnant dans le fantastique. Il y a énormément de référence aux niveaux des personnages qui ont existé à cette époque. On croisera le gratin de la haute bourgeoisie mais aussi le monde des surréalistes, artistes célèbres comme Man Ray, Picasso etc. Au début du roman je me suis posée la question de savoir si l’auteur partait dans le courant du réalisme magique et c’est un peu le cas mais pas que. J’ai été assaillis d’images de références cinématographique au fil de ma lecture, j’ai vu surgir, Frankenstein, Van Helsing ou encore Dracula. Les allusions ne respectent pas toujours la chronologie mais ce n’est pas important en soi, cela nous donne une liberté d’évasion dans un monde dangereux certes mais pas sons humour. A la fin de ma lecture, j’ai clairement sentie que ce livre ne s’adressait pas aux adultes mais plutôt aux jeunes lecteurs. Personnellement je suis restée sur ma faim alors que les idées  auraient pu être mieux développées, j’avoue que la Brigade Nocturne avec tous ses pouvoirs surnaturels c’était quelque chose de nouveau qui demandait à être mieux exploité. Quand aux personnages, je n’aipas eu le temps de m’y attacher et c’est bien dommage, j’ai eu l’impression de les survoler sans en connaître leur caractéristique propre. Une lecture agréable mais trop légère à mon coût. La couverture m’a beaucoup plu, c’est elle qui m’a donné l’envie de choisir ce titre, elle est superbe et le choix des petits morceaux du collage est intriguant juste ce qu’il faut. Bonne lecture.

 

Citation : 

 

quote left

Depuis quelques temps, des êtres surnaturels de toute sorte venaient vivre ici, en provenance de toute l'Europe. Ils n'étaient pas seulement attirés par le magnifique climat français, plus agréable que celui de Londres ou de la Roumanie, mais aussi par les restaurants, les bars et les cafés qui servent à toute heure et sans poser de questions des clients au visage blafard.

 

 

 

 

 

 

 

 

bourgois editeur

Signaturev2