Je remercie les Editions JC Lattès pour l'envoi de ce nouveau titre.

 

 

 

jacques-ravenne-et-eric-giacometti-photo-melania-avanzato-1564947780

 

Biographie des auteurs

 

Éric Giacometti a été journaliste au Parisien. Il est aussi le scénariste de la bande dessinée Largo Winch.
 

Jacques Ravenne est écrivain. Maître franc-maçon, il est spécialiste des manuscrits anciens.


Ensemble, ils ont réalisé un documentaire, pour France5-RTBF, consacré aux archives maçonniques volées par les nazis.
Comme ils savent le faire, Giacometti et Ravenne mêlent, dans ce nouvel opus, pure fiction et découvertes historiques surprenantes, telles les recherches occultes des soviétiques sous Staline dont ils ont appris l’existence pendant leur enquête dans les archives de l’Armée rouge à Moscou.

 

Capture

Présentation de l'éditeur

UNE QUÊTE, UN SECRET, UN ESPOIR. 


Juillet 1942. Jamais l’issue du conflit n’a semblé aussi  incertaine. Si l’Angleterre a écarté tout risque d’invasion,  la Russie de Staline plie sous les coups de boutoir des  armées d’Hitler. L’Europe est sur le point de basculer.
À travers la quête des Swastikas, la guerre occulte se  déchaîne pour tenter de faire pencher la balance. Celui  qui s’emparera de l’objet sacré remportera la victoire.
Tristan Marcas, agent double au passé obscur, part à la  recherche du trésor des Romanov, qui cache, selon le  dernier des tsars, l’ultime relique.
À Berlin, Moscou et Londres, la course contre la montre  est lancée, entraînant dans une spirale vertigineuse Erika,  l’archéologue allemande et Laure, la jeune résistante  française…

71cwNxLkMxL

 

Ma chronique : 

 

 

 

Après Le triomphe des ténèbres et la nuit du mal. La relique du chaos vient clôturer le  Cycle du Soleil noir. Ne soyez pas inquiet de ne pas avoir lu les deux premiers volets, les auteurs ont pensé aux petits nouveaux comme moi qui débuteraient par la fin, en nous proposant un résumé des livres précédents. Nous sommes en Juillet 1942, la seconde guerre mondiale fait rage et c’est une guerre occulte qui est en train de prendre forme.  La possession des quatre  Swastikas assurera la victoire à son détenteur et leurs quêtes déchainent les passions. Tristan Marcas, agent double va suivre la piste du trésor des Romanov en espérant trouver la dernière relique manquante. Erika, l’archéologue allemande semble avoir le sort de son amant Tristan entre ses mains. Laure, passe du statut de résistante à celui d’espionne sous l’aile du Commander Malorley.  Ce roman historique navigue entre première et seconde Guerre mondiale, il est truffé de références maçonniques et ésotériques, le mélange est étonnant et donne une envie d’en savoir plus. Dès qu’on me parle de druides et de sorcières, mon intérêt est aiguisé. Si en plus il y a des scènes dans les catacombes de Paris, au British Museum, à Venise, à Londres où un couple de tueurs sème des cadavres  dont le front porte la cicatrice d’une croix gammée, c’est juste incroyable. La plume des auteurs ne respectent pas toujours les faits historiques véridiques mais leur imagination est sans faille et nous entraîne dans une aventure avec beaucoup d’action. Les chapitres sont courts et insufflent un rythme qui laisse le lecteur à bout de souffle. Le final quand à lui est époustouflant et apporte son lot de révélations. Je ne voudrais pas oublier de dire qu’il y a  de grands moments d’émotions, notamment avec la fin des Romanov ou encore les confidences de Malorley qui m’ont touchées. Un livre intense qui nous force à réfléchir sur le passé, le présent et le futur avec en arrière fond Hitler et ses atrocités. Bonne lecture.

 

 

 

 

 

 

Citation : 

 

quote left

Trois compagnies allemandes avaient repris le village de R., mais une contre-attaque des Français les avait fait refluer. Comment t’appelles-tu, caporal ? lui demanda Neumann. Le soldat balbutiait, il prononça un prénom, Adolf, et un nom qui ressemblait à Hidger, Higler, ou quelque chose d’approchant. Curieusement je me souviens encore du visage ahuri de ce pauvre type quand je rédige ce journal. Il doit être mort à l’heure qu’il est.

 

 

 

 

 

 

 

JC Lattès

 

Signaturev2