Je remercie les Editions Plon pour ce nouveau partenariat.

 

Coupdecoeurlogoshort

 

 

 

 François-Xavier Dillard

 

fx

 

Biographie de l'auteur

François-Xavier Dillard est né à Paris en 1971. Il est l’auteur à succès de nombreux thrillers, dont Fais-le pour maman (prix des Nouvelles Voix du polar Pocket 2017) et Prendre un enfant par la main (Belfond, 2020).  

 l'enfant dormira

 

Présentation de l'éditeur

Quoi de plus rassurant, de plus émouvant que de tenir un nouveau-né dans ses bras et de le regarder dormir, reposer paisiblement, comme un petit ange... Pour l'éternité ?

Néonaticide : Homicide commis sur un nourrisson qui vient d'être mis au monde, depuis moins d'un jour. Le néonaticide est dans quasiment tous les cas commis par la mère du nourrisson, souvent jeune et ayant déjà d'autres enfants. Ce terme ne peut être employé que si l'enfant naît vivant.

L'homme remonte l'escalier de la cave. Il a la démarche saccadée et chancelante d'un automate brisé. Il tient dans ses mains deux petits sacs poubelles recouverts de cristaux de givre qui s'éparpillent en miette évanescentes sur les marches de pierre. Des larmes coulent sur ses lèvres et sa lente progression est stoppée, parfois, par des sanglots abrupts qui ressemblent à des hauts le cœur. Il y a quelques instants, son costume, ses certitudes, son armure, sa famille idéale, tout ce qu'il a construit depuis des années s'est brisé en une fraction de seconde. Au moment précis où il a ouvert la porte du grand congélateur.

Quinze ans après sa découverte macabre, Michel Béjard tente de mener une vie normale avec son fils Hadrien, un jeune adulte perturbé qui ne guérira jamais du drame familial qui a envoyé sa mère en prison et l'a rendu handicapé à vie. Son père passe la majeure partie de son temps à la Fondation Ange qu'il a créé pour la protection de l'enfance et l'aide à l'adoption et tente de surmonter son chagrin et sa culpabilité en achetant une poupée reborn, étrange bébé plus vrai que nature. Un matin, Michel Béjard voit débarquer le commissaire Jeanne Muller en charge d'une enquête très particulière. Deux nourrissons viennent d'être enlevés dans des maternités parisiennes. Leur point commun ? La proximité de leurs parents avec la Fondation Ange...

Un thriller poignant sur la résilience impossible, sur la maternité et ce qu'elle porte en elle de si puissant et de si bouleversant. Une intrigue haletante dans laquelle personne n'est vraiment innocent, à part peut-être, les enfants...

 

9782259306492ORI

 

 

Ma chronique : 

 

 

Coup de cœur pour ce septième roman de François-Xavier Dillard. Si le titre peut faire penser à une berceuse, n’ayez crainte une fois plongé à l’intérieur, impossible de tomber dans les bras de Morphée. La mise en bouche du premier chapitre donne le ton et vous laisse KO. On a pu retrouver dans les médias de nombreux faits divers en rapport avec le scénario imaginé par l’auteur. C’est toujours captivant de voir comment, l’écrivain transforme et s’approprie  les éléments de la réalité pour mieux nous livrer une fiction époustouflante.

 

Dans la famille Béjart, je demande le père et le fils, arriveront-ils à dépasser la terrible tragédie qu’ils ont vécu quinze ans plutôt ? Deux nouvelles accouchées dans des cliniques différentes doivent faire face à la disparition de leurs nouveau-nés. La jeune Samia tente de s’extraire du milieu de la prostitution avec l’aide de la commissaire Jeanne Muller qui aura en charge l’enquête du rapt des bébés.

 

 Un style fluide, des chapitres courts et rythmés, on passe ainsi d’une histoire à l’autre en se demandant ce qui peut bien les relier. Mais pour cela il faudra attendre la fin après de multiples rebondissements pour comprendre ce qui se joue. Les thèmes abordés sont nombreux et ont pour points communs la femme, la maternité et l’enfance de quoi émouvoir et générer de l’empathie. Une poupée « reborn » pointe le bout de son petit nez rose et vient réveiller des instincts de protection et d’amour inattendus chez certains personnages.Un mot sur la couverture que je trouve superbe, un peu kitch mais en parfaite adéquation avec le contenu.

 

Un polar étonnant, actuel qui ne peut que faire échos au malaise sociétal, à l’heure où la famille devient l’endroit de tous les dangers. L’auteur nous  livre un récit bouleversant car dès que l’on touche aux enfants et à fortiori aux nourrissons, on se dit que le monde est devenu fou. Bonne lecture.

 

 

Citations : 

 

quote left

La souffrance et la misère subissaient aussi des modes. Depuis quelque temps déjà, l’enfance n’était plus le sujet principal des gouvernants. Il était insensé d’imaginer qu’il puisse y avoir une hiérarchie du malheur. Pourtant, elle se traduisait souvent dans les montants attribués à chaque cause. Un enfant martyrisé est-il moins « bankable » qu’une femme battue ? C’était une question absurde à laquelle Michel se refusait à apporter une réponse. De toute façon impossible.


Oui, je sais, on dirait une histoire à la con, la fille qui s’évade de sa vie de merde en lisant des bouquins. Mais en fait je l’ai toujours fait. 


Ils ont tant besoin d’elle. C’est un tel sentiment de puissance de les sentir aussi vulnérables. On touche alors à l’impression d’être un dieu. Jamais dans aucune autre situation un être humain n’est aussi définitivement important pour d’autres êtres humains. Jamais une telle dépendance, une telle puissance ne peut être ressentie autrement que dans le fait d’être parent.


Mais en vrai, ce que je veux, ce que je désire plus que tout, c’est travailler dans une librairie. Être entourée d’ouvrages, d’auteurs, oser conseiller des lecteurs. Essayer de leur faire partager le bonheur d’avoir croisé, pour quelques jours, pour quelques heures, quelques centaines de pages, une histoire qui a changé mon regard sur le monde et sur les hommes. C’est ça que je recherche et que parfois je trouve dans mes livres.

 

 

plon

Signaturev2