Je remercie les Editions de la Bête noire / Robert Laffont 

 pour l'envoi de ce nouveau titre.

 

AVT_Katerina-Autet_9514

 Katerina Autet 

 

 

Née en Russie, Katerina Autet a passé son adolescence aux États-Unis. Elle a choisi de venir en France il y a vingt ans dans le cadre d'un échange universitaire, et n'en est jamais repartie. Katerina a étudié la linguistique, l'histoire et l'économie.
Mère de trois enfants, elle habite à Paris et travaille pour une grande entreprise française.

 

 

 

Capture d’écran 2022-06-24 173353

 

Présentation de l'éditeur

 

Le nouveau thriller de la lauréate du Grand Prix des Enquêteurs.
Un brillant jeu de faux-semblants.

Bienvenue à Georgetown, quartier huppé de Washington. C’est ici que réside Charity Quinn, une avocate de renom. À l’approche de Noël, Charity est victime d’un accident qui la laisse défigurée. Ou serait-ce une tentative de meurtre ? Celle qui a passé sa vie à parler pour les autres se mure dans le silence. À croire qu’elle espère que le coupable s’en sorte…
Dans cette enquête menée par deux détectives débutants, une seule certitude : le bien comme le mal sont une question de point de vue.

9782221258682ORI

 

Ma chronique :

 

 

Comment peut-on mourir deux fois ? Réponse dans ce roman policier somme toute assez classique avec un duo de jeunes enquêteurs sous la coupe d'un chef peu sympathique et une victime qui restera longtemps un mystère puisqu'elle choisit de garder le silence. Charity Quinn est une avocate réputé dont la carrière est mise à mal par le choix de son dernier client à défendre. Elle est mère de deux jeunes femmes Délia et Laurel aussi différente l'une que l'autre. Venant du bas de l'échelle sociale, elle a tout misé sur sa réussite professionnelle pour s'élever et son ascension est une réussite. Juste au moment où elle trouve enfin l'amour, que les préparatifs du mariage sont en cours, tout s'arrête brutalement pour elle lorsqu'elle se retrouve à l'hôpital défigurée. Une intrigue plus profonde qu'il n'y paraît où la notion de justice et d'injustice prend toute sa place dans la résolution du mystère Charity Quinn. Une galerie de personnage tournant autour de la victime qui ont tous une bonne raison de lui en vouloir. Ainsi dans notre recherche du coupable façon Cluedo, ils passent tous par le statut de suspect sous le feu des enquêteurs. La narration du récit est principalement tenue par l' inspecteur Ethan Morrow. On trouve aussi des extraits du journal intime de Charity Quinn toujours précédés d'une épigraphe tirée du Roi Lear de Shakespeare. J'ai beaucoup aimé ce constant rappel à l’œuvre qui apporte un éclairage intéressant au récit. Les thèmes abordés sont nombreux, différence de classes sociales, secrets de famille, non-dits et faux semblants. La psychologie des personnages tient une part importante et le côté peu reluisant de Charity Quinn est un élément essentiel dans la construction de l'intrigue. Un style fluide, une action qui se déroule sur 6 jours et un rythme rapide, m'ont offert une lecture captivante. Je compte bien suivre le parcours de cette auteure. Bonne lecture.

 

 

Citations : 

 

quote leftDieu vous a donné un visage et vous vous en fabriquez un autre. C’est à ce moment-là que Tim m’a pris la main. J’ai cru que mon cœur allait exploser, de désir, de joie, de peur aussi. J’en ai eu les larmes aux yeux, et pour ne pas paraître complètement idiote, j’ai murmuré que le spectacle m’avait émue, que jamais encore je n’avais pris la mesure de la trahison dont Hamlet avait été victime. Tim m’a alors dévisagée avec un drôle d’air. Au bout d’un moment, il a porté ma main à ses lèvres. Il a dit que l’art ne pouvait pas provoquer en nous une chose qui n’y était pas déjà. Qu’il agissait seulement comme révélateur de l’existant.


 Écrire, c’est donner voix à la souffrance qu’aucun cri ne saurait exprimer. Écrire, c’est être face à soi, seule avec soi, et se dire : voici ma vie. Elle est construite sur un mensonge.


...se méfier du bonheur est une habitude que l’on prend très jeune. Lorsque l’on sent qu’on ne le mérite pas, à cause de ce que l’on est, à cause du lieu d’où l’on vient, le bonheur a beau se présenter à nous, on le rejette. Il n’est pas pour nous, cela doit être une erreur, un étourdissement passager de la part de celui qui vous l’offre.  

 

 

 

robert laffont

 

Signaturev2