Je remercie les Editions Calmann-Levy pour l'envoi de ce nouveau titre.

 

Coupdecoeurlogoshort

Marlène Charine

l1_8373_def

Biographie de l'auteure

Née en 1976 à Lausanne, de formation scientifique, Marlène Charine est une amoureuse des mots de la première heure. Tombent les anges est son premier thriller

Capture

 

 

Présentation de l'éditeur

UN ROMAN QUI COMMENCE COMME UN POLAR ET FINIT COMME LE PLUS TERRIBLE DES THRILLERS

Lors d’une intervention de routine à Paris, Cécile Rivère, une jeune gardienne de la paix un brin désabusée, entend une femme appeler au secours dans un appartement pourtant vide. Le lendemain, on apprend que la locataire a été assassinée à des centaines de kilomètres de là. Cécile n’a pas pu l’entendre.
Sauf si…

Mais quand on est flic, on croit au Mal, pas aux fantômes. Moquée et mise au ban de sa brigade, Cécile est recrutée par le capitaine Kermarec, le seul à ne pas la prendre pour une folle, le seul prêt à lui donner une nouvelle chance.

Ensemble, ils vont enquêter sur la mort d’une infirmière de vingt-cinq ans, décrite comme un modèle de gentillesse par ses proches. Mais qui cachait de bien sombres secrets…

Une héroïne décidée au franc-parler déconcertant, un rythme vif, des scènes d’une justesse incroyable. Un polar original que vous ne lâcherez plus dès la première page tournée !

71R+qahvYKL

 

 

Ma chronique : 

 

 

Un très bon polar mâtiné d’une pointe de surnaturel. Nous allons suivre Cécile Rivère jeune flic qui vient d’être recrutée  comme stagiaire par le capitaine Kermarec. Il  compte bien profiter de ses dons pour menées à bien ses enquêtes. Cécile a un don qui se développe depuis peu, elle est capable d’entendre et de ressentir les émotions des victimes de ses enquêtes. Au début cela paraît bien effrayant et elle pense devenir folle. Les personnages sont attachants et le duo Rivère/Kermadec fonctionne parfaitement. La personnalité de Cécile pourrait nous faire penser qu’elle est vulnérable  mais cette fragilité cache une personnalité sensible et qui va se révéler plus forte que se que l’on ne croit. Le lien qui la relie à sa sœur Audrey est intense et  les flashbacks sont des éléments précieux pour la compréhension de la personnalité é de Cécile.  L’enquête sur le suicide présumée d’une jeune infirmière va se révéler noire et vraiment tordue. L’écriture est incisive, il y a du mordant dans les dialogues qui sont excellents. Le scénario quand à lui reste sombre et secret pour se révéler dans un final stupéfiant. Beaucoup de rythme et d’action  et même si tout est une question de croyance, le paranormal est dosé juste comme il faut pour nous donner la touche de réalisme dont on a besoin. Une lecture quasiment en apnée tant la montée en tension ne faiblit pas. Des personnages secondaires bien huilés qui captivent notre intérêt. Un thriller étonnant et d’une efficacité redoutable pour moi ce sera un coup de cœur même si on peut toujours trouver à redire ici où là, cela reste dans l’ensemble une lecture qui m’a emballée. Pour son premier thriller, Marlène Charine nous livre un scénario aboutit et relève le tout d’une pincée surnaturel qui donne une autre dimension  à ses personnages. Bonne lecture.

 

 

Citation : 

 

 

quote left

 Le radiateur chauffait à plein régime, mais pourtant elle fut accueillie par une vague de froid. Un frisson désagréable parcourut sa nuque. Une sensation insaisissable accompagnait la chute de température. Celle d’une présence à ses côtés, une présence irradiant la peur et le désespoir. Le froid s’intensifia et durant une fraction de seconde, Cécile crut deviner les contours d’une silhouette féminine dans le reflet du miroir. Elle se retourna d’un bond dopé à l’adrénaline, détailla chaque centimètre carré de la pièce. Bien entendu, il n’y avait personne à ses côtés.
Le coeur tambourinant dans sa poitrine, Cécile se hâta de ressortir. Elle inspira un bon coup, frotta ses bras hérissés de chair de poule pour chasser cette étrange sensation. Il n’y avait rien à signaler dans la salle de bains, hormis une brosse à cheveux brisée dont les morceaux épars jonchaient le sol. Rien d’autre.

 

calmann-levy-noir

 

Signaturev2