Je remercie Bragelonne et #NetGalleyFrance pour l'envoi de ce SP.

#PrincipesMortels 

Jacques Saussey

 

 Jacques Saussey

 

Biographie :


Jacques Saussey est un écrivain et un auteur de romans policiers. Il a commencé à écrire ses premières nouvelles à 27 ans, en 1988. Deux nouvelles ont été primées dans des concours ("Quelques petites taches de sang" en 2002 aux Noires de Pau, et "Alfred Jarry est mort" en 2007) et une éditée en BD ("Le joyau du Pacifique", en 2007).  "La Mante Sauvage" est son premier polar. Son deuxième thriller "De Sinistre Mémoire" est paru en 2010 aux Éditions des Nouveaux Auteurs. Actuellement il travaille comme cadre technique dans une grosse société. Il a pratiqué le tir à l'arc de compétition pendant dix ans, de 1985 à 1995, avec à la clef un titre national individuel en 95 et un par équipe en 92. Il vit dans l’Yonne.

le blog de l'auteur:
http://jacques-saussey.over-blog.com/


Source : www.jacques-saussey-auteur.com

 

51Imq24eG2L

 

Présentation de l'éditeur

Été 1979. 
Franck Servin, 18 ans, fuit le naufrage du foyer familial pour réviser son bac. Il trouve refuge chez son oncle et sa tante, dans une ferme isolée de la Creuse où, quatre ans plus tôt, son cousin Paul, presque son sosie, a trouvé la mort sur une route qu'il connaissait depuis l’enfance. Cette tragédie ronge insidieusement le cœur de ses proches, attendant son heure pour frapper de nouveau. En cet été 2011, elle semble avoir sonné. Franck sait qu’il va mourir. Il a quelques heures, quelques jours peut-être, pour laver sa mémoire et raconter ce qui s’est réellement passé, l’été de ses 18 ans.

 

Ma chronique : 

J’ai beaucoup aimé ma lecture, un magnifique roman noir dans une campagne rurale très présente et des souvenirs qui reviennent comme des boomerangs. Jacques Saussey  sait nous tenir en haleine de la première ligne lue à la dernière. La narration est confiée au personnage principal Franck Servin que nous allons suivre à 20 ans puis à la fin de sa vie,  il profite de ses derniers moments pour écrire, raconter et tenter de se libérer du drame familial qui a eu lieu l’été de ses 18 ans.

 

Franck vient passer l’été 79 chez la sœur de sa mère pour réviser son bac mais aussi pour fuir une ambiance familiale plus que délétère. Quatre ans plus tôt son cousin Paul à qui il ressemble comme deux gouttes d’eau, a trouvé la mort sur une route de campagne. Son oncle et sa tante ne se sont toujours pas remis de ce drame.  Entre passé et présent nous allons retracer ce qui est arrivé à Paul, de quelle manière cela a encore des incidences sur le présent. Petit à petit toutes les pièces de ce puzzle vont se mettre en place pour faire apparaître la terrible vérité. J’ai  aimé la façon de distiller les informations goutte après goutte nous entraînant dans une intrigue parfaitement huilée. Les pages se tournent sans s’en rendre compte plus nous nous enfonçons dans la noirceur. La compréhension arrive sans apporter le moindre soulagement. Une belle écriture à découvrir sans tarder. Bonne lecture.

Citation : 

 Extrait du prologue

Ferme de la Renardière, Armilliers-sur-Taurion 
13 juillet 2011,14 heures

J'ai longtemps cru que je ne pourrais jamais raconter ce qui s'est réellement passé cette année-là, durant l'été 1979. Mais, aujourd'hui, je réalise qu'il est grand temps de le faire, peut-être simplement histoire de laver définitivement ma mémoire de ce qui la souille avant de mourir. Car, je le sais, aussi certainement que la nuit succède à la lumière, je vais mourir. Quelques jours encore, quelques heures...
La décision m'appartient, à présent. J'ai dépassé le temps de l'apitoiement sur moi-même, le temps des remords et de la culpabilité, le temps de la colère. Aujourd'hui est venu celui du renoncement, ou plutôt celui de l'acceptation, ce qui revient en fait à peu près au même...
J'ai choisi d'écrire l'histoire de ces événements tragiques afin qu'il en reste une trace après ma mort. Pour que quelqu'un puisse comprendre ce qui me ronge depuis bientôt trente ans. Pour que toute cette merde ne disparaisse pas totalement dans l'oubli. Pour que tous les miens ne soient pas morts pour rien.
Vous, qui trouverez ce manuscrit, faites-en ce que votre conscience vous dictera. Après tout, cette histoire ne concerne que ma famille et je doute que cela puisse éveiller l'intérêt de quelqu'un d'autre que moi.
Sachez tout de même qu'il m'a fallu avaler la trahison plutôt que l'admettre. Comme un poison insidieux, elle a infiltré toutes les cellules de mon corps avant de m'abandonner, épuisé, comme échoué sur un rivage aride d'où l'océan s'est retiré au loin, invisible entre la ligne d'horizon et le ciel.
Qu'y a-t-il de pire que la duplicité d'un être qui vous est cher ? Qu'y a-t-il déplus déstabilisant que la forfaiture d'une personne que l'on imagine au-dessus de tout soupçon juste parce qu'on l'aime ? Des semaines, des années durant, je me suis heurté à cette idée comme un papillon à une veilleuse, refusant de croire que cette lumière fascinante me brûlait les pattes, avant même que je prenne conscience que j'étais en train d'y carboniser mes ailes.
À présent, je sais qu'il est trop tard pour revenir en arrière, pour espérer pouvoir influer sur le cours des événements. Trop tard pour comprendre, pour réparer et pour éviter que le pire se produise. 
Y a-t-il un bon âge pour mourir ?

Bragelonne

 

la litote