Je remercie les Editions Les Arènes pour l'envoi de ce nouveau titre.

Coupdecoeurlogoshort

 

Nico Walker

 

h2o8x72b

 

Présentation de l'éditeur

Il a tout de suite aimé Emily.
Jamais il n’a ressenti cela avec une autre.
Quand il croit l’avoir perdue, il s’engage dans l’armée.
En Irak, il découvre la guerre absurde, un jeu vidéo qu’il faut oublier à coup d’anesthésiants et de You porn, gavé de testostérone.
Il connait le chagrin de la guerre, qui dure bien après le retour. Emily l’a attendu et la vague d’opioïde qui balaie le Midwest les emporte. Il leur faut de l’argent, toujours plus d’argent. Il devient braqueur de banque.
Premier roman aux dialogues ravageurs et à la tendresse inattendue, dont le moindre personnage secondaire est inoubliable, Cherry a été le choc littéraire de l’année aux USA.
Vétéran de la guerre d’Irak, ancien drogué et condamné à treize ans de prison pour vol avec violence, Nico Walker sortira en 2020 de prison.
C’est son premier roman, qu’il a écrit en détention.

 

71Qsj6P37kL

Ma chronique : 

Coup de cœur pour ce livre sous forme de confession intime, désespérée  et inoubliable. Un premier roman écrit derrière les barreaux d’une prison aux Etats-Unis. Vétéran de la guerre d’Irak, il partage avec nous son quotidien allant de son incorporation jusqu’à son départ pour l’Irak. Nous parlant de sa rencontre avec l’amour de vie Emily, de son addiction aux drogues dures notamment à l’héroïne.  Ses motivations à s’engager qui peuvent paraître décalées face à la réalité du terrain. Son art de pointer les absurdités rencontrées pendant son déploiement avec un recul  que nous n’avons pas forcément était impressionnant. La guerre, la mort, la peur, les cauchemars des années plus tard et ce n’est que le début de sa descente aux enfers. C’est presque un réquisitoire contre l’Amérique dont il pointe les manquements mais en réalité c’est juste sa vie. L’addiction qui rythme sa vie à son retour et qui a commencé dès l’Irak. Trouver de quoi se shooter pour lui mais pour elle aussi. C’est à la fois d’une beauté et d’une tristesse infinie.  Il se livre sans concession, rien ne nous est épargné des effets, des conséquences de ce que peut être la vie d’un héroïnomane. Puis vient l’escalade dans la criminalité afin de pourvoir à leur besoin.  Une addiction qui emporte toute normalité sur son passage pour laisser un couple au bord de l’abîme.  Un portrait épuré, vrai, une mise à nu de l’âme qui ne peut que toucher.

Les chapitres sont courts et intenses, heureusement il est aussi capable de notes d’humour qui sont les bienvenues. Au début, j’ai eu du mal à savoir si on était dans la fiction ou si l’auteur nous racontait sa propre histoire. Le livre est écrit à la première personne du singulier et pas une seule fois il n’est nommé. Très vite j’ai pris la mesure de son talent pour nous captiver. Une autobiographie romancée à découvrir. Bonne lecture.

 

 

Citation :

quote left

Peut-on remonter le temps jusqu’au moment où on a rencontré celle qu’on a aimée le plus et se souvenir exactement de la façon dont ça s’est passé ? Non pas où vous étiez, comment elle était habillée ou ce que vous avez mangé ce jour-là, mais plutôt ce que vous avez vu en elle qui vous a fait dire : oui, c’est pour ça que je suis venu ici.


 

 

Elle s’est shootée comme une nana qui sait ce qu’elle fait. Quand le truc a commencé à faire effet, elle a dit :

 

—Putain.

 

Ensuite ça a été mon tour de sentir le truc agir et ça a été impec. Si vous connaissez, alors vous savez ce que je veux dire. Si vous ne connaissez pas, alors mieux vaut ne jamais connaître.

 

les arènes

Signaturev2